Les passions-hobbies

passion

Vous allez enfin pouvoir vous jeter corps et âme dans les activités qui vous ont toujours tentées ou fascinées mais que vous n’aviez jamais le temps de concrétiser. Mettre du piment dans le quotidien en y découpant une bonne grosse part de délices. La vie est une tarte aux fruits de la passion, prenez-en quelques lichettes.

Sautez même à pieds joints dans l’assiette et gavez-vous, dévorez. Vous n’aurez jamais d’indigestion : c’est un régime formidable. Non diététique. Les calories de la tête. La seule boulimie totalement conseillée par les médecins.

Le plaisir de dévorer la vie par les deux bouts. De quoi parle-t-on 7 Mais de la passion, pardi !

Attention, pas l’amoureuse, celle qui fait tout sauter et qui vous laisse en miettes… Non, l’autre, les autres. Les douces, qui bousculent gentiment un quotidien banal et vous requinquent exclusivement par leur exotisme culturel ou culturiste. Pas de panique, nous en avons toutes connu au moins une pendant quinze jours, un mois ou un an ! Quand ce n’est pas trois jours.

Ça commence souvent un 1er janvier ou un jour de rentrée dans le flux des bonnes résolutions, juste avant de reprendre le parcours de la combattante stressée, urbanisée, standardisée. C’est là que l’on se dit qu’un bol d’air intellectuel ou physique n’a jamais fait de mal à personne. C’est là aussi que quelques frustrations peuvent s’assouvir !

Celles de l’écolo nostalgique, par exemple. Elle va chercher le cours de poterie, quitte à renoncer à la manucure ou la vingt-cinquième cigarette de la journée. Elle va s’adonner, sans répit et sans complexes (voire avec une once de fierté), aux colombins, au tour et au séchage de la terre. Allant jusqu’à exhiber des ongles rosés par l’argile et abreuver ou nourrir ses invités dans des bols tordus et des écuelles bancales, mais faites main.

Même frénésie pour les tricoteuses rentrées, qui achèteront sans crier gare des kilos de laine et des kilomètres d’aiguilles pour réaliser les pulls de leurs rêves ou les jetés de lit rustiques. Avec une volupté indicible et la certitude non avouée qu’un beau jour cette œuvre de Pénélope rejoindra d’autres souvenirs inachevés dans le coin du placard de l’entrée.

Manuelle, moi,  jamais ! On peut être sexy, pulpeuse, et avoir un organe vocal à faire pâlir d’envie toutes les Julia- Migenes Johnson du monde… Les cours de chant vous apprendront à poser votre voix, histoire d’en jouer pour mieux séduire ou ne plus chevroter en demandant une augmentation. Diva, non. Dada, oui !

Plus martiales seront celles qui se précipiteront sur le shintaido, quitte à y renoncer un triste soir de novembre parce que la salle est trop loin, trop froide, ou que, justement, ce satané shintaido tombe en même temps qu’un dîner-à-ne-pas- manquer.

Un diner a ne pas manquer

Si la copine fait un détour par les médecines douces et les tisanes tous parfums, vous êtes peut-être de celles qui préfèrent la pêche de Jane Fonda. Surtout, ne vous sentez pas coupable ou monstrueuse, la France entière s’est mise au diapason de la gym en chambre et de l’aérobic qui tord les reins mais pas la tête… Les clubs fleurissant au rythme des bistrots, vous en trouverez sûrement un en bas de chez vous ou en face du bureau. Même les comités d’entreprise s’y sont mis. C’est la loi du tout ou rien. Le tout étant de se ruiner pour une panoplie complète : justaucorps fuchsia, bandeaux assortis, jambières ad hoc et chaussons adéquats. Le rien étant de rester clouée au lit à cause d’une crampe au mollet, de courbatures dans tous les membres et d’un lumbago paralysant alors que les abdominaux sont toujours aussi ramollis que la culotte de cheval.

Si aucune catégorie ne vous convient, ne vous laissez surtout pas emporter par la valse-hésitation. Le champ des passions est aussi large que celui des possibles et des hobbies : il finira bien par vous en tomber une au coin de l’oreiller ou de votre magazine préféré !